Tendance

Mode Homme : Le look Preppy

Style

Cela ne vous dit peut-être rien, c’est pourtant la nouvelle grande source d’inspiration du prêt-à-porter. Connue du grand public dans les années 80, ce look d’étudiant à mi-chemin entre le chic et le sportswear devient peu à peu un classique à la fin des années 2000. Retour aux sources.

Par Guillaume Barki,

Le style «preppy» trouve ses racines dans les années 60/70. À l'époque, c'est exclusivement le look des étudiants en écoles préparatoires aux grandes universités américaines comme Harvard ou Columbia (de «Preparatory School», on a gardé «Preppy»).

On y trouve donc vestes croisées, cravates à écussons, chemises «oxford» à col américain (boutonné) mais aussi pantalons chino ou encore pulls jacquard (tendance de l’hiver dernier). Les motifs à flanelle, à rayures mais aussi les écussons sont parfaitement en phase avec l'époque. Le cachemire et le tricot sont quelques unes des matières caractéristiques du preppy.

JFK

Enfin, le sport universitaire influence les «preps» : bas d'équitation, polos de golf… et teddys !

Le style reflète l'état d'esprit et le style de vie des étudiants et de leur famille. Chic ? Bien sûr. Mais un chic des bonnes moeurs, de la réussite professionnelle, un chic encore bien encré dans les motifs de la génération précédente comme le tartan rouge, le chevron ou le glen.

JFK, par ses cravates, mais aussi et surtout, ses photos en mer ou dans sa propriété de vacances est considéré comme un emblème du lifestyle preppy.

Aujourd’hui, la marque «Ralph Lauren» est la plus grande héritière du mouvement.

Le vrai preppy d’aujourd’hui

JFK

Le preppy est sorti de son petit cercle d'élitistes prestigieux dans les années 80, sans pour autant connaître un boum populaire. Les blazers sont parfois cintrés davantage, mais surtout la tendance est au décalé. Le preppy s'amuse, et devient peu à peu l'incarnation de l'excentricité bourgeoise.

Ce «BCBG évolutif» se résume en 3 critères :
1 - Mixer le chic et le décontracté.
Ex : Ne pas hésiter à coupler un blazer avec un pantalon à couleur. Certains utilisent même des bas de pyjama à motifs.
2 - Pastels, flashies, chaudes, froides… oser toutes les couleurs qui puissent exister… et toutes en mêmes temps, si possible.
3 - Ne pas oublier les revers de pantalons vulgaires. Cet homme ne fait pas de revers parce qu’il ne veut pas se mouiller, mais parce que c’est preppy !

Le vrai preppy dans la mode de masse

De ses fondamentaux, on hérite de ses badges et ses écussons qui sont fréquents sur nos pulls, t-shirts et polos. Le summum du chic étant de les trouver sur un blazer.

Aujourd’hui, ces mêmes blazers se sont débarrassés des mouchoirs de veste, quoique Zara continue à en proposer sur de nombreux modèles de vestes.

La chemise «oxford», elle, ne manque pas non plus à l’appel. C’est la marque Jules qui en fait une de ses pièces maîtresses de l’été. Jules a même sorti un numéro spécial de son web-zine consacré au look preppy. La nouveauté est de la trouver dans de nouveaux coloris, pastels par exemple.

Par ailleurs, le gilet ou «cardigan» a récemment envahit nos boutiques. Basique en gris ou bleu mais aussi coloré, à rayures, oranges, jaunes. Il n’est qu’un plus, pas encore prêt à devenir un classique de dressing masculin.

Les cravates club sont largement mises en avant comme des accessoires aussi indispensables qu’un jean ou qu’un t-shirt.

De son excentricité on gardera... peu de choses.

Peut-être les revers de pantalon négligés. Ah oui ! Et ces chino de couleur rouge qui tentent, là encore, de rentrer en force dans nos placards.

Le Preppy est d'abord arrivé chez les femmes, ramenant la chemise, le blazer (aujourd'hui devenu un quasi-standard) mais surtout la jupe. Malheureusement, prenant comme modèle les "Gossip Girl", les dérives de ce pavé dans la mare de la mode féminine ont engendré des résultats qui s'apparentent plus à des cosplays japonais qu'à des uniformes d'étudiantes nord-américaines.

Photos : Gant, Time Magazine
comments powered by Disqus