Trucs et astuces

Comment bien choisir sa veste ?

Style
Par Guillaume Barki,

Oui. Nous, hommes, n’avons pas autant de choix que les femmes, en terme de dressing. Alors on nous fit porter cravates fantaisistes, chemises diverses... quand on ne trouva plus quoi nous faire porter, on emprunta au style féminin. Mais si quelque chose nous met bien en valeur, hommes, c’est la veste.

Quel col choisir ?

Tous les cols ne conviennent pas à toutes les occasions, une mise au point s’impose :

  • Col classique Le col avec revers classique

    Bon voilà, c’est celui que l'on voit partout, le plus banal. À défaut d’être original, il s’accorde à presque toutes les occasions.

  • Col à pic Le col à pic

    Autrement appelé « Tony Montana » (non, c’est pas vrai), c’est ce que l’on appelle à la rédaction un « col de Monsieur ».

  • Col châle Le col châle

    C’est le col de la plupart des vestes de smoking (autrement appelé « col de cérémonie ») mais aussi... des robes de chambres. Donc pas le droit à l’erreur si on le prend : on privilégie un modèle de veste cintré.

Est-ce à la bonne taille ?

Pour savoir si une veste est à votre taille, voici quelques critères à garder en tête :

Les épaules : Quand vous enfilez une veste en magasin, le vendeur peut poser la main sur le début de votre bras. Ça n’est pas le premier geste avant davantage d’intimité, mais un repère pour voir si la veste vous va.

En gros, si votre épaule forme une bosse au début de votre manche, votre veste est trop petite. À l’inverse, si votre épaule ne touche pas le début de la veste, cela veut dire que vous nagez dedans, elle est trop grande.

La longueur : la veste n’est pas un blouson. Ça n’est pas une robe non plus. Elle ne doit donc être ni trop courte, ni trop longue. En général, elle doit tomber à peu près à mi-fesses. De toutes façons, on se rend compte qu’elle est trop longue quand on a plus la classe la main dans la poche.

Les manches : On ne va pas vous embêter avec des affaires de centimètres, alors faisons simple : on doit voir vos manchettes de chemise dépasser. Ni trop (comme la manche droite de François Hollande), ni pas assez (comme la manche gauche de François Hollande).

Le nombre de boutons

On en parle pas assez et on regrette que cela n’ait pas fait débat pendant la campagne présidentielle :

Le modèle le plus indémodable reste celui à deux boutons. Dans ce cas là, on ne boutonnera que celui du haut. Le bouton du bas doit rester ouvert. Cette tradition date du roi du Royaume-Uni Edouard VII.

Edouard VII avait trop mangé à un repas organisé avec ses sujets et quelques invités. Ne renfermant pas le dernier bouton de sa veste, tout le monde l’imita.

Si vous privilégiez une veste à trois boutons, celui du milieu sera le seul à fermer impérativement. Vous aurez la possibilité de laisser le bouton du haut ouvert ou non et l’obligation de laisse tranquille le dernier (qui ne vous a rien fait).

La plus tendance est certainement celle à un bouton. Elle allonge la silhouette et vous apporte la classe d’un Barack Obama... qui porte des veste à deux boutons, on sait. Mais tout le monde n’a pas la classe de faire comme si il portait une veste à un bouton.

La couleur

Vous avez vraiment besoin de conseil ? À votre guise... mais on dit ça parce qu’on sait que vous n’êtes pas fou. Donc vous ne tablerez pas sur du jaune, du magenta ou du vert pétard.

Misez sur du gris ou du bleu-marine, deux possibilités très efficaces. Le noir est aussi une valeur sûre, mais a priori tout le monde a une veste noire, donc essayez de vous différencier. Vous pourrez aussi miser sur d’autres teintes mais elles varient tant selon les époques qu’on ne veut pas vous faire prendre des risques inutiles.

Couverture et illustrations : Guillaume Barki
comments powered by Disqus