Décryptage

Au secours, les kikoolol débarquent sur Twitter

BUZZ & WTF

Après avoir envahi des forums en tout genres et Facebook, ils arrivent enfin sur Twitter : les kikoolol.

Par Alexandre Foucault,

Kikoolol, c koi ?

Pour les non-initiés, les kikoolol sont des personnes à priori inoffensives mais décérébrées et parfois collantes. Ils sont en général au collège, donc âgés de 11 à 16 ans.

Sur le net, ils sont facilement reconnaissables. Par exemple, lorsque les célèbres podcasteurs Cyprien ou Norman postent une nouvelle vidéo, les kikoo ne peuvent s'empêcher de signaler qu'ils sont les premiers à commenter : « First !! ».

Sur le même principe, sur une vidéo comportant 774 « j'aime pas » et ayant un sujet philosophique comme les pains au chocolat, ils affirment : « 774 personnes n'aiment pas les pains au chocolat ».

J'attire votre attention sur le fait que le niveau de langue dans ces exemples est très élevé, car le kikoolol en règle générale s'exprime en langage SMS, n'hésitant pas à massacrer la langue de Molière. De là à dire qu'ils sont le fruit de l'échec de notre système scolaire, il n'y a qu'un pas.

Une arrivée remarquée sur Twitter

Ils sont présents sur Facebook pour raconter leur vie trépidante et commenter les pages, notamment celles des radios et des artistes. Mais un problème de taille se pose, les parents sont sur Facebook et peuvent contrôler les dires de leurs petits chérubins. Il était donc vital de trouver un nouvel espace de « liberté ».

Les médias ont choisi Twitter pour créer une interaction entre les téléspectateurs et les programmes. Ce réseau offre en effet de nombreux avantages : les messages sont courts, donc faciles à filtrer, les hashtags permettent de mesurer la popularité de l'émission…

Nos amis les kikoo, ignorant jusque là l'existence de ce réseau, sont donc venus s'installer là, comme une colonie d'insectes parasites, pour commenter Hollywood Girls, Secret Story ou encore Vous êtes en direct.

Mais lorsqu'il n'y a pas de programmes à commenter, ils reprennent leurs bonnes vieilles habitudes et racontent à nouveau leur vie. Sauf que Twitter n'est pas Facebook.

Twitter est un lieu d'échange d'informations claires ayant un intérêt pour un public large ou des passionnés, et non un défouloir. Mais les kikoo ne l'entendent visiblement pas de cette oreille.

En voici un exemple concret : « Ptdr blher tetais mn pote ta pris l'seum psk jtei recal jvoulais cntinuer a parler avc toi après quand ta ta go t'ft lmec hein »

Twitter, théâtre de dérives

En lisant cet article, vous pouvez vous dire que ce n'est pas si grave, c'est juste une crise d'adolescence (qui a mal tournée). Pourtant, ces personnes peuvent tenir des propos extrêmement graves, qui peuvent mettre en cause l'avenir de notre société.

« Si je me mari je me demande ma femme va me servir a quoi a pars me faire a manger? » se demande l'un d'eux ; « Si tes cheveux ne sont pas parfait aujourd'hui, ne te plains pas.. des millions de gens qui ont le cancer tueraient juste pour en avoir. » déclare un autre.

Récemment, certains fans de Justin Bieber ont lu la rumeur selon laquelle le chanteur serait atteint d'un cancer. Bien que l'information ait été démentie par l'intéressé et ses attachés de presse, ces « biebelivers » ont jugé bon de se raser les cheveux en guise de soutien, et ont posté la photo sur Twitter, choquant bon nombre de personnes.

Aujourd’hui les autorités en place demandent une vigilance particulière sur ces dérives. L’Union des étudiants juifs de France a ainsi pu obtenir le retrait d’une trentaine de tweets antisémites, émis après la diffusion sur TF1 du film « La Rafle ».

Dans un avenir proche, les kikoolol devront s'insérer sur le marché du travail. Espérons juste pour eux qu'ils changent radicalement, sinon cela aura des conséquences terribles.

Couverture : The Daily French
comments powered by Disqus