Décryptage

Les boutiques virtuelles débarquent

Technologie

Les solutions pour faire ses courses toujours plus rapidement se démultiplient. La dernière trouvaille en date est… la boutique virtuelle. Tour d'horizon des premières expérimentations.

Par Simon Carton,

Tout commence en juin 2011. Le britannique Tesco lance à Séoul ses premiers magasins virtuels en test. Concrètement, des panneaux sont installés entres les portes palières du métro proposant un large choix de produits prêts à être sélectionnés grâce à un terminal mobile.

Très vite ce concept fait des émules sur la planète. Tous les géants de la grande distribution ont longuement réfléchi à la question et lancent en expérimentation leurs propres enseignes virtuelles. À Shanghai, un distributeur chinois lance lui aussi ce concept dans le métro, mais légèrement différent. En effet les panneaux sont remplacés par des écrans LCD. Les produits peuvent ainsi changer plus régulièrement sans coût et contraintes techniques, ce qui offre une souplesse non négligeable pour l'industriel.

Et en France ?

Si les Asiatiques semblent avoir été plus rapide que nous, les Européens rattrapent néanmoins leur retard. Un peu partout en Europe, les premières boutiques éphémères se sont installées dans des lieux publics très fréquentés. Et notamment dans des points stratégiques : les gares, et les transports publiques en général.

En effet, plutôt que de perdre votre temps à attendre un train pour rentrer chez vous, il sera bientôt possible de combler ce vide par une tâche parfois encombrante dans votre emploi du temps, celle de faire ses courses. Avec un avantage de taille, vous faites vos achats sans vous encombrer.

Carrefour France a lancé en octobre dernier, deux expérimentations en France. Un cube de 9m2 présenté pendant deux semaines à gare du Nord à Paris et en gare de Lyon-Part-Dieu, qui a pour objectif de faire découvrir une nouvelle façon pratique de faire ses courses sans perdre de temps.

Vous pouvez choisir de vous faire livrer à domicile, ou d'effectuer un retrait en drive. Cependant cette dernière option n'est pas très utile, dans la mesure où ces magasins s'adressent à des personnes utilisant les transports publics pour se déplacer.

Cette petite fausse note à été corrigé par le groupe Casino, qui est actuellement en expérimentation sur le parvis de la gare de Lyon-Part-Dieu et de l'entrée de la bouche de métro principale. Elle propose également la livraison à domicile ou le retrait dans un point Casino Shopping en ville, ce qui semble plus logique.

De l'éphémère au durable

Les géants de la grande distribution restent prudents pour le moment. Il n'est pas question de développer massivement ce mode de consommation immédiatement. Il s'agit pour le moment de phases de test pour présenter l'intérêt au public de cet invention, et pour pouvoir faire un bilan des retours de la clientèle.

Ce service devrait après tout devenir un mode répandu dans les prochaines années. Son développement dans les gares et métros ne fait aucun doute, mais son utilisation peut être également très pratique dans nos bons vieux magasins classiques.

En effet un nouveau produit, en période d'essai, peut être proposé sur un mur virtuel à l'entrée de la surface commerciale, avec pour objectif de le produire uniquement à la demande, et ainsi éviter de se retrouver avec des surplus de marchandises en cas d'échec commercial.

Le concept jusqu'au domicile ?

L'idée a même été poussée jusqu'à la maison. En effet, une idée toute bête et toute simple consisterait à intégrer un code barre sous les produits présentés dans les prospectus publicitaires. On pourrait faire ses courses avec son smartphone directement depuis chez soi. Mais le coût d'une campagne publicitaire pour un industriel est très élevé. Et la démarche de réduire les prospectus, bien souvent jetés à la poubelle avant même d'être lu semble irréversible, comme le programme de Leclerc, « 2020 zéro prospectus ». De plus, faire ses courses depuis son ordinateur est aujourd'hui largement répandu et beaucoup plus pratique.

Photo : Reborujado.com
comments powered by Disqus