Notre-Dame-des-Landes : le projet en chiffres

News

Au-delà du débat désormais national et des confrontations parfois violentes entre opposants et CRS, retour en chiffres sur un projet parmis les plus médiatisés de France.

Par Simon Carton,

Un projet vieux de 40 ans

Un projet d'aéroport d'envergure nationale pour la desserte du grand Ouest est envisagé depuis 1963 et est soutenu par de nombreux élus. Il permettra un désenclavement majeur des régions Pays de la Loire et Bretagne. Mais c'est réellement depuis les années 2000 que le projet prend une tournure plus importante, dès 2002 le débat public est lancé. S'enchainent ensuite les étapes nécessaires à la construction d'une infrastructure de cette importance. Le projet est décrété d'utilité publique en 2008.

5 000 hectares sacrifiés

Ce projet, qui compte prendre – selon la Chambre d'agriculture de Loire Atlantique – 5 000 hectares d'une "zone de bocage très préservée" ne va pas dans le sens de nombreux élus locaux qui dénoncent le phénomène de l'étalement urbain et de la perte massive de terres agricoles depuis plusieurs années. Sans compter les potentielles zones industrielles qui pourraient se développer autour de la zone et donc grignoter davantage d'espace.

Une facture à 4 milliards d'euros

Le projet d'aéroport de Notre-Dame-des-Landes est évalué à plus de 500 millions d'euros. Mais il faut ajouter à cela les coûts de construction d'infrastructures ferroviaires (LGV Sud-Loire) et du réseau routier et autoroutier nécessaires pour la desserte de l'aéroport. Au total, la facture se chiffre donc à 4 milliards d'euros selon le Canard Enchaîné.

2 000 emplois créés, 600 détruits

À terme, le site devrait compter une moyenne de 2 000 emplois permanents voire plus selon le développement possible de l'aéroport. Mais dans le même temps, 600 postes agricoles seront supprimés. Notons aussi qu’une bonne partie des emplois de Notre-Dame-des-Landes sera le fruit d’un transfert de l'actuel aéroport de Nantes. Par conséquent, la création de nouveaux postes sera relativement faible.

71% des Français défavorables en 2011

Un sondage réalisé par Le Télégramme en novembre 2011 indique que 72% des votants sont défavorables au projet du nouvel aéroport nantais. Un an plus tôt, un sondage BVA pour Agir pour l'environnement indique lui que 71 % de la population française est plutôt hostile à la création de nouveaux aéroports en France.

Photo : Llann Wé² (Wikimedia Commons)
comments powered by Disqus