Tendance

Faut-il être mal habillé pour réussir ?

Style
Par Guillaume Barki,

En voilà une question qu’elle est cocasse. Partout, dans les magazines, les encarts publicitaires, à la télévision ou sur Internet — plus encore au Daily French — on vante les mérites d’une apparence soignée et élégante. Mais le secret n’est-il pas ailleurs ? Être mal présenté peut-il vous faire gagner des points ?

Ne négligez jamais votre look

On serait quand même tenté de défendre notre boutique. Tout d’abord, être bien habillé met en confiance, c’est indéniable. Se sentir beau nous rassure, nous motive, nous donne de l’assurance. Par ailleurs, quelque soient les circonstances, le style est scruté, analysé et décortiqué, chez les femmes comme chez les hommes, par les femmes comme par les hommes. Bien s’habiller est une politesse pour des gens avec lesquels vous n’êtes pas — encore ? — familier.

Bien s’habiller est une politesse.

Et ne pensez pas que les gens se disent « il est mal sapé, ça montre qu’il n’est pas superficiel » ou bien « ça prouve qu’il s'intéresse à des choses bien plus importantes que sa petite personne et son apparence ». Le style est une science sérieuse, qui touche tout le monde, qu’il soit négligé ou non, décalé ou classique. Alors balayez cette idée de votre tête.

Les avantages d’une apparence minimale

Cependant être bien habillé a aussi des défauts et des limites. Tout d’abord, parce qu’il faut cultiver sa garde-robe et cela prend du temps, parfois trop. À contre-courant de cette contrainte, il existe une possibilité que l’on appelle la « théorie de La Mouche ».

Dans le film de 1986 réalisé par David Cronenberg, le personnage principal, un scientifique interprété par Jeff Goldblum, explique qu’il achète en plusieurs exemplaires les mêmes vêtements. Il porte donc, tous les jours un costume à chevrons, une chemise blanche et une cravate bordeaux... puisqu’il n’a que de ça dans son placard ! Avoir les mêmes fringues dans sa penderie lui évite de réfléchir à son look tous les matins — et lui permet de libérer de l’espace dans sa tête pour d’autres cogitations.

La Mouche

Mais il ne s’agit pas simplement « d’économiser du temps de cerveau » pour vous, il faut aussi faciliter l’impression que va se faire de vous la personne en face.

Ne vous êtes-vous jamais demandé pourquoi Steve Jobs, Gad Elmaleh ou Chris Esquerre portaient toujours un simple pull noir, un simple t-shirt noir ou une simple chemise noire ? Pour qu’on se concentre sur leurs mimiques et leurs expressions du visage.

Peu de fringues permettent à vos interlocuteurs de se concentrer sur vous et non sur votre look. L’attention se porte alors sur votre visage, car rien d’autre n’attire le regard, sur vos mains, car vous avez remonté vos manches en un rien de temps. Le risque dans le cas contraire est que les gens, en repensant à vous, ne vous résume qu’à un look.

Une apparence simple permet à vos interlocuteurs de se concentrer sur vous et non sur votre look.

Alors, lesquels gagnent en société ? Ceux qui s’habillent mal ou ceux qui s’habillent bien ?

Verdict ?

Faisons simple : l’apparence est une politesse envers autrui, il s’agit donc d’être présentable et d’éviter les fautes de goût. Pour autant, trop d’apparence tuera votre discours et vous stigmatisera dans la tête de votre interlocuteur. On ne vous conseille pas non plus de porter tous les jours les mêmes habits, mais apprenez à vous habiller de manière simple et intemporelle... sans pour autant négliger quelques détails qui peuvent taper dans l’oeil d’un recruteur, d’un auditoire ou d’une rencontre.

Photos : Jason McELweenie (Flickr / Creative Commons), « La Mouche » (1986) de David Cronenberg — © 20th Century Fox
comments powered by Disqus