Anticipation

Mélenchon / Cahuzac : l'enjeu du débat

News

Ce soir a lieu sur France 2 dans l'émission Mots Croisés la rencontre entre le leader d'extrême gauche et le ministre du Budget socialiste. Ce dernier va devoir répondre à la colère de l'aile gauche du Parti socialiste et d'une grande partie des électeurs de François Hollande…

Par Guillaume Barki,

Tout d'abord, on va regarder parce que c'est le premier plateau TV avec Mélenchon de l'année — et on suppute aisément que les vacances l'ont forcé à un repos et un calme contraires à son « tempérament méditerranéen », comme il l'aime l'appeler. Le dirigeant du Front de Gauche est un grand orateur, au sens de l'humour incisif et à la répartie propre.

L'aile gauche du PS
a une dent contre le gouvernement.

Mais le débat de ce soir promet-il autant de spectacle ? L'opposant au leader d'extrême gauche n'est autre que Jérôme Cahuzac. En théorie, il est donc dans la même « majorité » que lui, celle de gauche, qui s'oppose à la droite, surtout la plus conservatrice en progression depuis plusieurs années.

On peut donc penser que Mélenchon ne peut pas trop se lâcher, au risque de décridibiliser la majorité qui a proposé et défendu la loi sur le « mariage pour tous », par exemple, et qui reste son plus grand allié dans le combat des mois à venir. Pourtant, l'aile de gauche du Parti Socialiste a une vraie dent contre le gouvernement.

7 mois après, la déception.

L'élection de François Hollande le 6 mai 2012 devait être l'occasion d'un véritable changement de cap. Fini le serrage de ceinture, place à la croissance et à un virage à gauche de la politique européenne. Au lieu de ça, quelques millions de fonds structurels permettront peut-être de sauver la croissance d'un zéro.

L'élection de François Hollande devait également symboliser le retour à de vraies réformes de gauche. Mais après avoir nié le problème de la compétitivité pendant sa campagne, le chef de l'État s'est trouvé contraint de sceller un Pacte de compétitivité avec 20 milliards d'euros pour les entreprises.

La censure de la taxe à 75% a été le coup de grâce pour le gouvernement.

Enfin l'élection de François Hollande devait permettre d'en finir avec les inégalités en faisant payer les plus riches dont l'écart avec les plus pauvres n'a cessé de se creuser depuis ces dernières années. Mais la censure de la taxe à 75% par le Conseil constitutionnel a été le coup de grâce de cette année 2012.

Social-démocrate ou socialiste ?

Pour couronner le tout, on pensait donc que le début d'année 2013 était l'opportunité pour le gouvernement de replacer le curseur de son action à gauche, mais dans son bilan de Conseil des Ministres, Jean-Marc Ayrault a à nouveau cité dans les priorités de l’action des prochains mois des valeurs chères à l’ancien gouvernement.

Ce virage politique laisse penser que la politique du gouvernement n'est donc plus socialiste mais social-démocrate. Autrement dit, préoccupé par les questions sociétales, mais avec la même politique économique et la même vision de l’Europe que la droite majoritaire dégagée du pouvoir il y a bientôt 7 mois. L’enjeu de ce soir, pour Jérôme Cahuzac, est donc de rassurer ses électeurs pour leur montrer qu’ils ont bien voté à gauche.

Photo : Place au Peuple (Wikimedia Commons)
comments powered by Disqus