French teuch : Vulgarité payante

Style
Par Guillaume Barki,

On ne sait qui criera au scandale. Les élites ? Certainement pas. Encore moins celles de notre génération, cible principale de cette marque de fringues au parti pris osé. Redonner ses lettres de noblesse à la vulgarité.

Tee shirt

Dans sa présentation, la marque décrit le désarroi de notre génération. Pourtant face à un boulevard vestimentaire — tant le revival retro et la rencontre des cultures hantent et imprègnent la mode de masse et des élites — aucune marque ne reflète réellement notre état d’esprit.

Un seul moyen pour nous démarquer en terme de style : la provoc et le trash... mais amenés avec un graphisme soigné et non sans inspiration vintage et pluri-styles. Pourquoi choquer ? Car « Ce qui est rejeté du grand public devient automatiquement intéressant pour les élitistes. »

« Vulgarité payante »

Et ne les taxez pas encore de vulgarité gratuite, il s’agit ici de l’inverse dans le slogan de la marque. Pourquoi ? Tout simplement parce que l’on paye les pièces. Polo à 70€, sweat à 80€. La protection dorsale pour iPhone « Suck my coque » coûte elle 35€.

« Vulgarité payante » également car le parti pris est d’assumer. Le franglish se mêle alors à une trivialité leitmotiv, et le language considéré jadis comme celui des racailles devient un instrument de provocation pour notre génération barrée. Le tout enrobé d’un graphisme trendy.

La marque qui véhicule ce message simple et sans pris de tête ne néglige pas pour autant la qualité. Toutes les pièces sont remarquablement cousues, brodées, imprimées et coupées comme cette robe créée par Jérôme « smolee » qui a fait jaser sur les blogs mode ces derniers mois.

Robe

La boutique French Teuch.

Photos : French Teuch
comments powered by Disqus