Voies sur Berges : L'impasse pour Delanoë ?

News

Depuis le 28 janvier dernier, la capitale vient de perdre 2,5 km d'un axe routier hautement stratégique au profit de rives prochainement piétonisées.

Par Simon Carton,

Mesure phare du mandat de Bertrand Delanoë, la reconquête des voies sur berges le long de la Seine à Paris est entrée dans une nouvelle phase depuis le début de l'année, cette dernière phase du projet sur la rive gauche nécessite la fermeture totale à la circulation, en vue d'une ouverture cette fois-ci aux piétons et cyclistes pour le printemps prochain.

Un air de Paris-Plage, mais toute l'année

La belle carte postale des images de synthèse dessinée par un cabinet spécialisé en fait déjà rêver certains. Montrant un Paris plus vivant, plus proche de son fleuve, avec des projections de plein air un soir d'été, une population en communion avec la Seine où il fait bon vivre... et tout ceci sera réalité dés le printemps prochain.

La démarche du réaménagement des voies rapides le long du fleuve à Paris résulte d'une logique politique du partage de l'espace urbain. En clair : la domination de la voiture à trop durée.

Si ce processus a déjà commencé depuis quelques années avec l'arrivée du Vélib' et de ses nombreuses pistes cyclables ainsi que le réaménagement des maréchaux avec le tramway, c'est aujourd'hui un nouveau cap qui est franchi avec l’embellissement des voies sur berges rives gauche. Et Paris ne fait pas figure d'exception puisque bon nombre de villes de provinces, européennes et même mondiales ont déjà entamé le réaménagement de leurs centres-villes, avec des résultats très concluants. Les habitants jouissent d’un cadre de vie nettement amélioré grâce à la réduction de l'automobile, et avec un impact beaucoup plus fort le long de rivières ou fleuves.

Port de Solferino - Musée d'orsay
Voies sur berges - Port des Invalides

Coup dur pour les automobilistes

La sentence est terrible pour les 30 000 automobilistes franciliens qui transitent sur cette axe. La répercussion du trafic sur les autres itinéraires déjà saturés ne fait qu’empirer la situation. Pourtant, selon la préfecture de Paris, aucun bouchon majeur n'est à déplorer depuis la fermeture de cette axe.

Quoi qu'il en soit, 60% des parisiens ne possèdent pas de véhicules personnels, ils se rabattent sur les transports en commun, qui eux aussi arrivent proches de la saturation. Faire baisser le trafic automobile parisien ajoutera de la complexité à une situation qui l’est déjà.

Mais Paris se donne t-il les moyens de lutter contre la voiture ? C'est la question que l'on est en droit de se poser quand on regarde ce qui c'est fait chez nos voisins Anglais, notamment. À Londres, l'instauration d'un péage urbain a significativement réduit le trafic au coeur de la ville, et a grandement améliorer la qualité de vie au centre de la ville. Même si celui-ci a eu pour effet pervers de déplacer le problème de circulation en banlieue.

Le MEDEF saisit la justice

La droite farouchement opposée à ce projet a tout tenté pour le stopper. Pour elle la répercussion du trafic sur les axes périphériques n'est pas admissible étant données les conditions déjà très dégradées de circulations intra muros. De plus, cette axe est l'un des seuls à pouvoir traverser Paris rapidement, demain les temps de parcours vont être augmentés. Il y a un an, François Fillon, alors Premier Ministre, avait tenté de faire arrêter le projet, finalement en vain.

Pour le MEDEF, ce sont des milliers d'heures qui vont être perdues, passés dans les embouteillages engendrés par ce projet et qui aura pour conséquences de nuire à la compétitivité des entreprises. Elle a même posé un recourt devant le tribunal administratif de Paris, qui devrait être examiné très prochainement.

L'association 40 millions d'automobilistes a lancé une pétition contre cette décision et récolte déjà quelques 30 000 signatures.

Malgré la pression forte exercée par les automobilistes et la droite, il y a peu de chance pour que le projet soit annulé, sauf si une très improbable décision de justice venait compromettre le projet.

L'inauguration pour les piétions de la rive gauche des voies sur berges est prévue en avril prochain.

Photos : Simon Carton, Vélib et moi Le Blog, Tout Paris
comments powered by Disqus