Point de vue

Windows 8, le flou sur les tablettes

Technologie
Par Eric Azara,

Souvenez-vous, en juin 2012, Microsoft présentait fièrement sa tablette Surface, accompagnée de Windows 8. Lors de son annonce, Surface avait suscité un vif intérêt, visible sur les réseaux sociaux. Nombreux sont ceux qui qualifiait la tablette de Microsoft « d’iPad Killer », même chez certains fans d’Apple.

Pourtant, pouvons-nous aujourd’hui parler de succès pour Surface et les autres tablettes équipées de Windows 8 ? Récemment, Jun Dong-Soo de Samsung a critiqué le dernier OS de Microsoft, avançant que celui-ci n’était pas meilleur que Vista. Le moment est crucial pour Microsoft qui doit réussir à s’installer massivement sur le marché des tablettes tactiles, une nécessité pour l’avenir de l’entreprise.

Un problème dans les points de vente ?

Windows 8 n’est pas une simple mise à jour du système, mais une étape transitoire qui apporte un grand nombre de changements susceptibles de dérouter les utilisateurs. Il est donc essentiel que l’on puisse essayer, toucher, appréhender la nouvelle interface, mais les choses s’avèrent parfois compliquées...

L'utilisateur doit pouvoir
essayer le produit.

Quand Apple bénéficie de nombreuses boutiques sur l’hexagone et soigne la présentation de ses produits en expo chez les revendeurs ou grandes surfaces, qu’en est-il des tablettes Windows ?

On constate très rapidement dans les magasins qu’à l’exception du stand Surface — s'il y en a un — les tablettes ne sont pas exposées de manière à donner envie au client d’acheter. Nombreuses d’entre-elles ne sont pas connectées à Internet, d’autres sont protégées par mot de passe, ce qui rend l’essai de la machine impossible. C’est une chose critique pour une plateforme fraichement lancée qui nécessite une découverte de la part du public. Notons que ce constat est aussi valable pour les tablettes Android.

Des concepts hybrides

Tablette tactile, tablette tactile avec clavier rétractable ou ordinateur portable avec écran tactile... difficile pour le consommateur de savoir vers quoi s’orienter, les constructeurs proposant des produits aux concepts sans doute trop originaux.

En exemple, le Dell XPS Duo, avec son écran retournable...

Dell XPS Duo

Ou encore l’HP Envy X2, au concept plus sobre, mais à quoi bon avoir une tablette qui se transforme en ordinateur portable lorsque celui-ci ne dispose que de 2Go de mémoire pour une somme atteignant les 799 euros ?

Confusion à propos des versions

Pourquoi faire simple quand on peut faire compliqué ? Si vous n’êtes pas au courant, sachez qu’il existe deux versions de Windows : classique et RT. La version classique vous permet d’exécuter n’importe quelle application Windows, ainsi que les nouvelles applications tactiles. La version RT elle, vous permet juste d’accéder à l’interface et aux applications tactiles.

RT ou pas RT, il n’est pas toujours facile pour le consommateur de s’y retrouver, ni de comprendre la volonté de Microsoft à proposer deux versions pour son système qui au fond a pour vocation d’être le même pour un PC de bureau, comme pour une tablette, à l’inverse de la stratégie d’Apple avec OSX et iOS.

Des pubs peu démonstratives

La stratégie publicitaire de Microsoft pour Surface et d’autres constructeurs laisse perplexe. Comme dit ci-dessus, Windows 8 est un système neuf et doit montrer au grand public se qu'il peux faire avec.

Dans ses publicités pour l’iPad, Apple met toujours plus en avant les applications et ce qu’elles permettent de faire que l’iPad en lui même. Une stratégie qui s’avère payante car elle montre clairement les capacités de l’appareil sur le fond. « Oui l’iPad n’a pas de port USB, oui l’iPad n’a pas de clavier mais avec vous pouvez faire ça, ça et ça... », tel est le message envoyé au public.

L’esprit des campagnes pour les tablettes Windows est totalement différent. On aperçoit très peu les applications, si ce n’est quelques éléments d’interfaces, des extraits vidéos sur l’écran, le reste du message étant axé sur l’aspect matériel du produit avec son clavier amovible, que ce soit pour Microsoft ou HP.

Qu'on se le dise, le public n’a pas besoin d’une tablette — quel que soit son système — pour faire des chorégraphies, mais pour effectuer des tâches simples et concrètes. Or, ce genre de publicité ne donne aucune information sur les capacités du produit en la matière, outre sa large gamme de couleurs pour le clavier.

Photos : Microsoft, Dell
comments powered by Disqus