Yahoo, le réveil d'un géant oublié

Technologie

1,1 milliard de dollars déboursés pour racheter Tumblr et une nouvelle version de Flickr lancée la même semaine : Yahoo tente enfin de se mettre à jour face à Google.

Par Anthony Bodin,

Yahoo oeuvre dans un monde en perpétuelle évolution — le Web — mais s’est affranchi de toute innovation pendant des années. Il suffit de regarder la palette de services proposés par la firme de Sunnyvale face à ceux de Google pour se rendre compte du problème.

Google a développé des outils performants au coeur de notre quotidien, système d’exploitation mobile Androïd, outils de travail collaboratifs (Google Drive, Agenda...), plateformes sociales (Google+, photos...) quand Yahoo nous propose que “Questions - Réponses” ou Flickr, site de partage de photos apparemment plus apprécié que son équivalent Picasa chez Google. Ajoutons à cela une plateforme de courrier electronique de bonne facture et le tour des services directement associés au moteur Yahoo est terminé.

Si son rival de Mountain View, cadet de Yahoo, est aujourd’hui la référence en terme de services internet c’est avec de la création. Au premier regard, l’aîné semble dépourvu de cellule recherche et développement et a démontré une certaine passion pour les rachats (de 1997 à 2007).

L’heure du changement

Depuis 2007, pas de grand mouvement excepté un Steve Balmer aux yeux doux tentant à plusieurs reprises de racheter Yahoo en vain. Le CEO de Microsoft devra se contenter de son nouveau moteur Bing malgré des accords finalement conclus avec l’aîné de la recherche en ligne.

Discrètement, Yahoo se rapproche également d’Apple. En effet, Yahoo est depuis le début fournisseur des informations météorologiques et financières sur iOS et a bien compris l’envie d’Apple de se délester de Google (Suppression de Youtube par défaut, lancement de Plans...) et a flairé le coup à jouer. Des négociations seraient déjà en cours entre les deux firmes.

Yahoo se reveille
et tente d'accéder au « hype ».

C’est en 2013 que le réveil s’opère, l’arrivée de Marissa Mayer de Google y est sans doute pour beaucoup, avec tout d’abord la tentative de rachat de Dailymotion bloqué par le Gouvernement français, le rachat de Summly, une application résumant automatiquement des articles en 400 caractères et finalement l’annonce du rachat de Tumblr. Yahoo accède enfin au hype en rachetant LA plateforme de microblogging à mi-chemin entre un blog traditionnel et Twitter. Cette acquisition permet de capter une audience jeune jusque là désintéressée de Yahoo qui constitue une crainte quant à son évolution.

Tumblr / Yahoo

Au delà du site hype (et du risque de « kikoolarisation » prochain redouté), Tumblr reste une plateforme sans modèle économique viable et comporte 15% de contenus « adultes » ce qui laisse à Yahoo un casse-tête : rentabiliser sans faire fuire l’audience... Avec 1,1 milliards de dollars dépensés, la finalité ne peut être que lucrative.

Le rachat : solution miracle ?

L’acquisition de Tumblr est un pari sur l’avenir et la capacité de Yahoo à créer un modèle rentable. Même avec des acquisitions, la création est nécessaire : transformer, améliorer et adapter aux évolutions pour ne pas retomber dans l’oubli. Microsoft est là un exemple avec Skype et la disparition de Microsoft Messenger, le fameux MSN : première étape, le rachat pour remplacer un service obsolète. Deuxième étape : intégration totale dans l’écosystème Microsoft avec notamment un compte unique pour différents services. Acquisition puis création.

L’acquisition ne doit pas être la seule solution pour redresser la barre et Flickr illustre bien cette idée. Racheté en 2005, le service n’avait pas réellement évolué avant cette semaine et une annonce inédite : 1 téraoctet de stockage gratuit.

Entre rachats, rapprochements et améliorations le navire Yahoo navigue en eaux troubles et devra tôt ou tard clarifier son positionnement : copie de Google ou services fondamentalement différents ? Tout reste à venir.

Photo : Dan Spisak (CC BY-SA 2.0)
comments powered by Disqus