Décryptage

WWDC 2013, tout ce qu'il faut savoir

Technologie

Rendez-vous phare pour tous les développeurs Apple, moment incontournable pour tous les fidèles de la marque, cette présentation à la WWDC 2013 n’aura pas manqué de nouveautés. Mise à jour du Macbook Air, gros teasing sur le futur Mac Pro, nouvelle version d’OSX et surtout, le tant attendu iOS7. Débrief sur tout ce que vous devez savoir.

Par Eric Azara,

iOS7, plus sobre que prévu

S’il y a un point sur lequel Apple fut attendu au tournant, c’est bien iOS. Pendant des mois, l’entreprise a subi des critiques sur le retard cumulé au niveau de l’interface. Là où Android et Windows Phone ont fait preuve de méthodes plus efficaces pour la gestion du multitâche et d’un design plus épuré, Apple n’a cessé d’intégrer depuis des années le skeuomorphism. Il s’agit d’un style qui vise à donner une texture réaliste à des usages virtuels, comme ce fut le cas pour le carnet de contact en cuir, le bloc-note en papier jaune, ou encore le Game Center en tapis de casino.

La présentation a d’ailleurs commencé par une grande critique de la plate-forme Android, en attaquant sur le pourcentage de durée d’utilisation entre les terminaux du système de Google et iOS, ainsi que sur les parts d’utilisations pour la navigation mobile, là où les appareils Apple atteignent des scores conséquents.

Comme d’habitude, les rumeurs avaient vu juste : iOS7 fera preuve de sobriété pour plus coller à la tendance et aux attentes. Mais en terme de pureté, on atteint des sommets — en bien ou en mal, à vous de voir — surtout en ce qui concerne des icônes. Le plus surprenant est sans aucun doute l’icône de Safari, où la boussole semble avoir subit une simplification drastique.

Il n’y a pas que les icônes qui ont été revues, le thème de l’interface aussi. Il est essentiellement composé d’aplats clairs et transparents, dont certains aspects rappellent brièvement le style de Windows Phone.

Sur le plan des fonctionnalités, Apple en intègre des réclamées par les utilisateurs et surtout présentes depuis longtemps chez la concurrence, à commencer par le centre de contrôle qui permet d’activer ou de désactiver en un coup de doigts les services tels que le Wi-Fi, le Bluetooth ou la luminosité, des fonctions basiques qui nécessitaient d’entrer dans l’application des réglages.

Le centre de notifications a également eu droit à ses améliorations, mais la nouveauté la plus appréciée sera sans doute le multitâche. Désormais, les applications ne sont plus représentées par leurs icônes, mais par un aperçu complet, à l’instar de ce qui existe déjà sur Android et Windows Phone. Notons l’arrivée comme prédit du service iTunes Radio, ainsi que de la fonction AirDrop, qui permettra de transférer des données entre appareils par Wi-Fi ou Bluetooth.

iOS7 est disponible en bêta pour les développeurs. Pour le grand public, il faudra attendre d’ici l'automne. Il sera compatible à partir de l’iPhone 4 et de l’iPad 2, mais certaines fonctionnalités devraient êtres inaccessibles en fonction de l'âge du terminal.

OSX, le lion est mort ce soir

C’est terminé, OSX — prononcez OS10 — ne portera plus un nom de félin pour sa future version. Comme le visuel le laissait entendre, c’est le nom de Mavericks qui a été choisi. Il s’agit d’un célèbre spot de surf en Californie, région de l’entreprise.

À chaque nouvelle version, OSX intègre un peu d’iOS dans ses fonctionnalités, l’exemple avec l’arrivée d’iBooks et de Maps. La version Mac de Maps permettra notamment l’envoi d'itinéraires sur les terminaux mobiles iOS.

Le Finder se voit doté de nouvelles améliorations bien pratiques comme la gestion d'onglets, à l’image de ce qui existe pour les navigateurs web, ainsi que de l’arrivée des tags qui permettront de retrouver en un clin d’œil divers fichiers étiquetés par l’utilisateur.

Dieu merci, comme sur iOS, ce calendrier abandonne sa texture cuir et laisse place à une fenêtre toute simple comme nous avions il y a de ça quelques années. Le calendrier intègre de nouvelles fonctionnalités comme la localisation du lieu de l’évènement et la possibilité de calculer le temps de trajet.

Safari, quant à lui, promet une navigation plus fluide au niveau du défilement et adopte une barre latérale qui permet d’accéder en un clin d’œil aux favoris, liste de lecture et aussi aux liens partagés par vos amis depuis les réseaux sociaux.

Question design, l’interface évolue peu et c’est justement là que se pose la question de la cohérence avec le nouvel iOS. Les versions actuelles de OSX Montain Lion et iOS6 partagent de nombreux éléments d’interfaces, à commencer par les icônes. Dans OSX Mavericks, nous ne voyons aucune icône qui se rapproche du nouveau style d’iOS, idem pour l’interface générale du Finder. Cependant, il ne s’agit là que d’une version en développement, la sortie initiale étant prévue à l’automne, de nombreux changements sont susceptibles d'apparaître.

The New Mac Pro.

Alors qu’on le croyait définitivement enterré, il arrive enfin... le nouveau Mac Pro ! Apple a profité du Keynote pour teaser sur cette nouvelle version avec un design pour le moins atypique, à mi-chemin entre le regretté PowerMac G4 Cube et R2D2. Ç’en est donc terminé de la grosse tour en aluminium, place à une nouvelle structure plus compact avec un système de ventilation central.

Cette nouvelle station de travail promet des performances records avec un double processeur graphique, de nouveaux ports Thunderbolt 2 et embarque la nouvelle génération de processeur Xeon qui promet deux fois plus de rapidité de traitement comparé à l’actuel Mac Pro. La machine fait aussi la part belle à la connectivité avec 4 ports USB 3 et 6 ports Thunderbolt 2 qui permettront de relier 36 périphériques externes et une sortie HDMI.

Aucun prix de communiqué pour l’instant, le nouveau Mac Pro est attendu pour cette année.

Photos : © Apple
comments powered by Disqus