Point de vue

L’heure de Facebook n’a pas encore sonné

Technologie

Chute de son audience, popularité en berne chez les ados, concurrence de nouvelles applis, dix ans après son lancement, Facebook est-il sur le point de disparaître ? Non non ! N’exagérons rien et regardons les choses avec un peu de calme.

Par Eric Azara,

Facebook est-il voué au même avenir que MySpace dans les années qui viennent ? C’est ce qu’affirmait il y a peu une « très sérieuse étude américaine » — vous remarquerez que les études sont toujours très « sérieuses » et « américaines » — menée par des chercheurs de l’université de Princeton. Selon nos prophètes, Facebook aura perdu 80% de ses utilisateurs d’ici 2017, ne réservant au réseau social de Mark Zuckerberg fraîchement rentré en bourse qu’un futur digne de celui de Caramail.

Les chercheurs prédisent
la mort de Facebook à l’aide d’un
outil de statistique sur Internet...

Comment les chercheurs de Priceton sont-ils arrivés à cette conclusion ? Tout simplement en utilisant Google Trends, un outil permettant de voir la popularité d’une requête au fil du temps, basé sur les statistiques des utilisateurs du moteur de recherche. Ils ont ainsi comparés Facebook et MySpace en croisant leurs courbes et en sont arrivés à la conclusion que Facebook était voué à une mort certaine, en utilisant donc pour seul argument les résultats d’un outil de moteur de recherche. Espérons donc que ces chercheurs restent éloignés du domaine médical.

Mais aussi stupide soit la méthode, il n’en aura pas fallu plus pour enflammer les internets à base d’articles rédigés par une poignée de journalistes néophytes en high-tech. L’avenir, c’est bien entendu Snapchat, désormais. Mais quel est le problème avec Facebook ? Pourquoi tant de monde souhaite le voir disparaître ?

Ton arrière-grand-mère sur Facebook.

Prenons l’exemple de vos proches. S’il y a quatre ans, les seuls membres de votre famille dans vos cercles Facebook étaient vos frères, sœurs et cousins, c’est désormais à vos parents, grands-parents, arrière-grands-parents de rejoindre la communauté. On pourrait donc penser que si Facebook n’est plus à la mode, il va forcément mourir… si Facebook n’était pas devenu le réseau social le plus universel de tous les temps.

Facebook n’est plus à la mode,
mieux, c’est devenu un standard.

Facebook n’est plus à la mode, certes, et il n’est plus aussi « hype » que Snapchat et autres Instagram. Mais il est tout simplement devenu banal, un standard, au même titre que l’iPhone. Souvenez-vous, si vous étiez parmi les premiers détenteurs d’iPhone il y a cinq ans, vous étiez perçu comme au top de la nouvelle technologie. Aujourd’hui, posséder un iPhone est d’une grande banalité, certains le trouvent même ringard comparé à ses concurrents, mais est-il mort pour autant ?

Qu’est-ce qui pourrait tuer Facebook ?

Snapchat, Instagram, Vine… voici les applications qui selon les spécialistes de la high-tech, grappilleraient la popularité et les utilisateurs de Facebook. Réalité ? Si Facebook survit à sa perte de « hypitude », c’est parce qu’il est devenu un outil indispensable, permettant de rester en contact avec toute sa famille et d’espionner son ex. Or, ni Snapchat, Vine et autres Instagram n’ont atteint ce statut. Certes, ces applications sont aujourd’hui très populaires, mais il y a fort à parier pour qu’elles n’aient autant de capacité à survivre que Facebook dans l’univers des applis, là où les tendances se font et se défont tous les mois.

La menace est donc ailleurs. Elle vient de l’intérieur, pas de l’extérieur. En cause, la méfiance de plus en plus croissante des utilisateurs à confier leurs contenus personnels au réseau social. Et c’est justement ce contenu qui permet à Facebook de faire des bénéfices et de continuer à proposer un service en apparence gratuit.

Simplification et transparence
sont les clefs de la survie
pour Facebook.

Cette méfiance pourrait s’atténuer si le réseau social réétudiait l’ergonomie et la simplicité de ses paramétrages de confidentialité. Avantage à ses concurrents dont les paramètres sont accessibles via un seul et unique menu et sont limités à des fonctionnalités aussi simples que Public / Privé. De ce côté là, Facebook est une véritable usine à gaz dans laquelle effectuer le paramétrage de son compte est une opération aussi agréable que synchroniser son iPhone sur iTunes ou recharger son Navigo.

Illustration : Eric Azara
comments powered by Disqus