L'obsession du web pour Hitler

Technologie

Qu’il crée la polémique ou alimente des parodies, Adolf Hitler reste une des personnalités récurrentes de la culture Internet. À se demander s'il n'est pas dangereux de faire du plus grand ennemi public de l'Histoire un objet de conversation obsessionnel...

Par Guillaume Barki,

Il est de ces diables dont on ne se débarrassera jamais. Adolf Hitler, instaurateur du 3ème Reich et personnalité majeure de la Seconde Guerre Mondiale en fait partie. Alimentant dès sa disparition les plus folles rumeurs, il a par exemple rejoint Elvis Presley ou Michael Jackson aux morts spéculatives de l’Histoire — certains avançant qu’il ne serait décédé qu’en 1984 au Brésil.

De ces théories, Internet sera l’exutoire. Terrain de jeu des conspirationnistes, le Web sera aussi le théâtre de toutes les actualités les plus insolites autour du Führer. C’est grâce au web qu’éclatera la polémique sur les tellières à l’effigie du chef de l’Allemagne nazie. C’est grâce au web que Mein Kampf battra des records de consultation, 90 ans après sa première parution. C’est même le web qui cristallisera la théorie du point Godwin.

Hitler aura imprégné internet
jusqu’au choc des cultures.

La loi de Godwin remonte aux années 1990 et consiste en la probabilité que plus une conversation dure, plus elle est susceptible de dériver sur une comparaison impliquant les nazis ou leur chef. Le « point » Godwin désigne en anglais aussi bien l’« argument » qu’une espèce de « point d’orgue » du débat. Donnant lieu à des échanges sur les réseaux sociaux franchissant largement la limite du ridicule. Mais Hitler aura surtout imprégné Internet jusqu’au choc des cultures.

L’année dernière, une photo a été particulièrement partagée sur les Internets : celle d’une jeune femme thaïlandaise faisant le salut nazi devant un Ronnie McDonald’s à l’accoutrement particulier. Fake ou bourde ? Ni l’un ni l’autre. On apprendra bientôt que plusieurs dizaines de bars ou snacks reprennent même le nom du Führer sur leurs devantures, en Corée du Nord ou en Inde.

Le « nazi-chic » est tout simplement devenu tendance depuis plusieurs années dans le monde asiatique. Au Japon ou en Corée du Sud, la jeunesse surfe sur le phénomène n’hésitant donc pas à poser ainsi sur des photos. Là-bas, Hitler c’est un peu comme un Ché en Europe occidentale, loin de l’image de monstre que nous en avons — l’événement majeur de la Seconde Guerre Mondiale n’étant pas vraiment l’extermination des juifs en Asie, mais davantage Hiroshima.

En Asie,
Hitler c’est un peu comme le Ché
pour les jeunes chez nous

Si la photo de cette thaïlandaise est sans nul doute inquiétante, elle montre néanmoins qu’en Occident comme dans le reste du monde, l’ « obsession » du web pour Hitler revient surtout à le désacraliser plutôt qu’à le remettre dans le débat public sérieusement. Les vidéos extraites du film La Chute font tout simplement du chef de l'Allemagne nazie un mème. Une crédibilité qui fait relativiser l'impact qu'il pourrait avoir aujourd'hui.

Illustration : The Daily French, Photographie originale : Deutsches Bundesarchiv (CC-BY-SA)
comments powered by Disqus