Le tunnel transatlantique, c’est possible ?

News

Des nouvelles pré-science-fictionnelle à la campagne de publicité fake… L’idée d’un tunnel transatlantique alimente tous les fantasmes depuis plus de deux siècles.

Par Guillaume Barki,

Bien avant l’ambitieux projet d’Hyperloop du milliardaire Elon Musk — cette idée de train flottant reliant le centre de Los Angeles au centre de San Fransisco à plus de 1102 km/h — l’idée d’un tunnel sous l’Atlantique fut le projet rêvé de tous les intellectuels, inventeurs et entrepreneurs.

Il y a 250 ans, c’est le fils de Jules Verne, Michel, qui évoqua l’idée dans une nouvelle nommée Un Express pour l’avenir. Mais c’est Bernhard Kellermann, romancier allemand, qui relancera et popularisera le fantasme dans Der Tunnel. Le récit racontait les différentes facettes de la construction d’un gigantesque tunnel sous l’Atlantique qui dure 25 ans.

Au début des années 2000, c’est au cœur du phénomène des chaînes de mails que l’idée refait surface. Les courriels stipulent qu’un rail soutenu au dessus de l’Océan Atlantique prévoit de relier Londres à News York et que le projet a besoin de financements. Cette chaîne de mails fait partie des plus vieux buzzs de l’Internet contemporain.

La campagne TransAtlantys
fût un véritable coup de com
pour Voyages-sncf.com

C’est en 2004 que le tunnel sous l’Atlantique fait l’événement avec la campagne de publicité TransAtlantys. Un site internet faisait la promesse d’un chantier de 11 ans qui devait relier Paris à New York City. Le nom semble si crédible, la prononciation si naturelle, et surtout la campagne si bien réalisée, que le tout rendrait le projet crédible.

Mais quelques jours après, on découvre que c’est le site voyages-sncf.com qui héberge l’adresse TransAtlantys. À l’époque, la compagnie n’était pas encore reconnue comme une agence de voyage et réussit à faire parler d’elle avec cette campagne de publicité totalement « fake ».

La dernière défense d’un tel projet est certainement celle de la chaîne Discovery qui a diffusé un numéro de son programme Extreme Engineering nommé « Transatlantic Tunnel ». On y apprend que le défi technique et technologique est relativement réalisable et qu’il mettrait une petite décennie à être mis en œuvre.

Couverture : Publicité Voyages-SNCF.com
comments powered by Disqus