Décryptage

Netflix arrive, Canal+ descend dans sa crypte

Technologie
Par Alexandre Foucault,

Si Canal+ risque de connaître de sérieuses difficultés dans les prochains mois, ce n’est pas uniquement parce que Marine Le Pen a décidé de résilier son abonnement. La chaine cryptée, qui détient encore un quasi-monopole de la diffusion de films récents à la télévision, va être confrontée à l’arrivée du bulldozer de la vidéo à la demande par abonnement : Netflix.

L’entreprise américaine a annoncé qu’elle se lancera sur le marché français dès l’automne prochain. Elle est même en discussions avec les opérateurs, notamment Orange, pour se lancer sur les box ADSL.

Toutefois, le piège serait de croire que Netflix soit obligée de s’implanter en France pour se lancer sur le marché français. En effet, la règlementation française est incroyablement contraignante en matière de culture comparé à celle des américains.

La contrainte de la chronologie

Remontons dans le temps. Lorsque Canal+ a voulu commencer ses émissions en 1984, le monde du cinéma était inquiet. Il craignait que les salles obscures se vident avec l’arrivée de la diffusion des films récents à la télévision. Face à cela, le gouvernement de l’époque qui soutenait le projet Canal+ a voulu rassurer les contestataires en créant la chronologie des médias.

Le principe est simple. Il s’agit de décaler la sortie du film de plusieurs mois selon le support pour que chaque acteur aie le temps de l’exploiter.

Ainsi, le film sort d’abord au cinéma, puis en DVD et en VOD à l’acte quatre mois plus tard. Il passe ensuite à la télévision, payante puis gratuite. Il sort enfin en SVOD, autrement dit en vidéo à la demande par abonnement, comme veut le proposer Netflix. Seulement, cette sortie en SVOD se réalise trois ans après la sortie en salles !

La sortie en SVOD se fait
3 ans après la sortie en salles

Cette chronologie des médias permettait à Canal+ de posséder une place de premier choix. Pour les cinéphiles, payer un abonnement était plus rentable que d’acheter les films à l’unité en DVD ou VOD.

Mais ce modèle va être remis en cause par l’arrivée de Netflix. Qui, aujourd’hui, est prêt à payer un abonnement SVOD pour voir des films trois ans après leur sortie en salles ? Personne, ou presque.

Face à cette contrainte de taille, il serait illusoire de penser qu’une société comme Netflix va gentiment se lancer sur le marché français depuis la France. Non. Si l’américain doit se lancer en France ce sera vraissemblablement depuis un pays voisin : le Luxembourg, où la société a déjà son siège européen.

Netflix en France depuis
le Luxembourg

Outre des avantages financiers, Netflix pourra bénéficier au Luxembourg de l’absence de telles règles. Ainsi, avec l’accord des producteurs, le service pourra proposer des films en première exclusivité.

Et c’est là le drame pour Canal+. Depuis l’étranger, il sera impossible de faire respecter les lois françaises. Ainsi, un abonnement à 20€ par mois – et encore, c’est la promo – ne fera pas le poids face à un autre à 8€.

La chaine cryptée a déjà perdu le foot avec BeIn Sport, elle risque de perdre la bataille cinéma avec Netflix. Ce n’est d’ailleurs pas un hasard si elle investit dans la télévision gratuite avec D8, D17 et I>Télé, ainsi que sur le net avec ses 16 chaines Youtube et l’acquisition récente du Studio Bagel.

Couper les robinets et faire bloc

Cependant, il est certain que Canal+, qui réalise des investissements considérables dans le cinéma via sa filiale Studiocanal, ainsi que d’autres producteurs de films ne vont pas se laisser faire. Il leur reste une carte à jouer : bloquer Netflix en ne signant pas d’accord de distribution.

Une possibilité : ne pas signer d'accord
de distribution avec Netflix

Est-ce que cela sera suffisant pour rendre l’offre Netflix moins attractive ? Sans doute pas. D’une part, ce joker ne concernerait que les films français, pas les films américains dont nous sommes également de grands consommateurs.

D’autre part, le succès de Netflix ne repose pas que sur les films. Le service pourrait proposer les dernières séries des grands networks juste après leur première diffusion aux États-Unis, ainsi que ses propres créations comme House of Cards.

Netflix propose à la fois
des films et des séries

En clair, Canal+ est menacée sur le crypté. Ce n’est qu’en s’unissant contre Netflix que les français pourront se protéger. C’est ce qu’il s’est produit outre-Atlantique. Face au géant, NBC, ABC et la Fox ont créé Hulu, un portail commun de programmes. Une partie d’entre eux sont gratuits, financés par la publicité habilement insérée. L’autre est payante, notamment concernant les films.

Il est possible d’imaginer la même chose en France. En espérant simplement de ne pas se retrouver avec seulement Navarro, Julie Lescault et Scènes de ménages pour des problèmes de droit ou d’accords commerciaux.

Photo originale : © Sony Pictures Television
comments powered by Disqus