Barack Obama : Pourquoi il nous surclasse ?

Style
Par Guillaume Barki,

Barack Obama est à la une du Vanity Fair français. Cravate bleu ciel, costume sombre, pins patriote, les tenues du président américain sont souvent extrêmement classiques, pour ne pas dire lassantes. Pourtant, le chef de la Nation transpire une classe incontestable.

La cravate « sur mesure »

Comme si la cravate
avait été inventée pour lui

C’est bien simple : on dirait que la cravate a été inventée pour lui. Bien nouée, elle est faite dans une matière assez fine pour former un joli noeud souligné d’une goutte du plus bel effet. Le pan large tombe de manière droite. Le site NeckOfState.com a d’ailleurs recensé et calculé le pourcentage du port de chaque cravate.

L’art du casual chic

Peut-être tient-il de John F. Kennedy, en tous cas le chef de la nation a le sens du décontracté chic. Nul besoin de t-shirt ou de baskets pour être le président le plus cool de l’Histoire des États-Unis d’Amérique. Pantalon en toile et cravate au dressing sont les deux points clefs du look ci-dessous. On déplorera malgré tout le port de chemisettes l’été lorsqu’il joue avec ses filles ou son chien dans les jardins de la Maison Blanche.

La veste trompe-l’oeil

C’est certainement un des détails vestimentaires les plus subtils de son apparence. Sa silhouette et sa veste se marient de telle sorte qu’on a l’impression qu’il porte une veste à un bouton. Pourtant, le classicisme — presque révoltant — du président américain ne lui fait porter que des costumes à deux boutons.

La sobriété au service de la classe

Mais c’est peut-être ça le plus rageant. Globalement les pièces vestimentaires du président américain ne sont pas très belles — le costume est souvent pâle, le choix des couleurs et des associations est loin d’être original, l’ensemble tout sauf sophistiqué — mais elles lui tombent parfaitement dessus. En cause évidemment sa taille et son corps grand et relativement fin.

De quoi confirmer une fois de plus que mode et style sont deux choses remarquablement différentes.

Photo : Pete Souza / The White House
comments powered by Disqus